Laurent Dartigues : Du mythe à la réalité. Essai de déconstruction des discours coloniaux et postcoloniaux sur le village viêtnamien

Notes de Recherche_N1_Dartigues

Est ce que le village traditionnel viêtnamien constitue une unité sociale fondamentale ? A la lecture de beaucoup de discours savants, français ou viêtnamiens, de la période coloniale et même au-delà, on pourrait le croire. A bien des égards, le Viêt Nam nous est restitué comme une nation de villages. Chaque village constitue en quelque sorte une cellule unique, distincte, formant une communauté organique, compacte, autonome, autarcique, farouchement attachée à son indépendance, profondément orientée par la tradition, structurée par un puissant sentiment d’appartenance. Par un effet miroir, chaque village déploie donc la société toute entière, il en est le microcosme primordial. Après avoir reconstitué le débat européen du XIXe siècle qui a imposé son lexique politique à la manière dont fut appréhendée la réalité villageoise vietnamienne, je montrerai que le xã n’est pas un donné simple. Il faut au contraire le construire comme un cadre dont les frontières administratives, physiques, sociales et symboliques ne sont pas évidentes. Et donc se donner de la liberté intellectuelle pour le décrire en combinant des approches multiples.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">