Alban Sciascia : La sécurisation maritime en Asie du Sud-est : la voie des exercices multinationaux

Notes de Recherche_N4_Sciascia

Simbex 2009 : l’ensemble des navires participants (copyright Times of India)
Les exercices communs visant à assurer la sécurité et la sûreté maritime en Asie du Sud-est ont connu une forte croissance ces derniers années. Cobra Gold, CARAT, voire Malabar, l’objectif principal de ces opération communes étant de mettre en oeuvre des procédures de coopération entre les différentes forces navales des Etats impliqués. Lutte contre la piraterie maritime et les trafics illicites, opération humanitaire en réponse aux catastrophes naturelles ou opérations aux allures plus militaires, le spectre d’activité mis en avant à l’occasion de ces opérations est extrêmement large et témoigne d’une réorientation de la mission des forces navales. Toutefois, les conséquences de ces exercices dépassent ce cadre strictement militaire. Différents acteurs extérieurs à la région tendent à s’impliquer davantage dans ces opérations. La perception des menaces évoluant, de nouveaux types de missions sont mises en avant. L’impact de ces exercices s’étends aussi sur les relations politiques et diplomatiques qu’entretiennent les Etats concernés.

Benjamin Taunay : Le plus beau paysage sous le ciel : Les pratiques et les lieux des touristes chinois en Chine.

Notes de Recherche_N3_Taunay

Mingsheng et voyageurs lettrés dans le Sud-Ouest chinois
Ce texte, qui s’inspire d’une thèse soutenue en novembre 2009, a été présenté dans la forme qui suit à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) le 04 mars 2010. L’article explicite tout d’abord le choix du sujet de la thèse qui est consacrée au tourisme intérieur chinois, à partir de l’exemple de provinces du sud-ouest de la Chine ; il présente ensuite les principaux résultats de cette étude au niveau des pratiques touristiques chinoises ainsi que les lieux aménagés pour cette clientèle ; il analyse enfin les pistes de recherche ouvertes à la suite de ce travail.

Laurent Dartigues : Les pratiques rizicoles dans le delta du Fleuve Rouge. Rationalité paysanne et structuration sociale de la pensée dans le Viêt Nam d’hier et d’aujourd’hui

Notes de Recherche_N2_Dartigues

riziculture Vietnam
La pratique est au cœur de l’agronomie moderne où elle est constituée en tant qu’objet de recherche propre. La construction théorique relative à cette agronomie repose sur l’hypothèse fondamentale de l’intentionnalité des comportements des acteurs et s’inscrit dans une approche cognitiviste qui postule un acteur produisant intellectuellement l’espace dans lequel il existe. Ce cadre théorique et le concept de représentation sont à la base de la notion de modèle pour l’action. Les travaux de Bourdieu, qui ont durablement marqué l’approche des acteurs et de la pratique, soulignent quant à eux que les agents sociaux ont des stratégies qui n’ont que très rarement pour principe une intention (stratégique) et que les formes de connaissances sont à rapporter aux systèmes sociaux qui les produisent et pas seulement à des systèmes de sens immanents à l’esprit. La complexité des pratiques rizicoles dans le delta du Fleuve Rouge au Nord Viêt Nam offre un terrain particulièrement riche pour mettre en tension ces différentes théories.

Laurent Dartigues : Du mythe à la réalité. Essai de déconstruction des discours coloniaux et postcoloniaux sur le village viêtnamien

Notes de Recherche_N1_Dartigues

Est ce que le village traditionnel viêtnamien constitue une unité sociale fondamentale ? A la lecture de beaucoup de discours savants, français ou viêtnamiens, de la période coloniale et même au-delà, on pourrait le croire. A bien des égards, le Viêt Nam nous est restitué comme une nation de villages. Chaque village constitue en quelque sorte une cellule unique, distincte, formant une communauté organique, compacte, autonome, autarcique, farouchement attachée à son indépendance, profondément orientée par la tradition, structurée par un puissant sentiment d’appartenance. Par un effet miroir, chaque village déploie donc la société toute entière, il en est le microcosme primordial. Après avoir reconstitué le débat européen du XIXe siècle qui a imposé son lexique politique à la manière dont fut appréhendée la réalité villageoise vietnamienne, je montrerai que le xã n’est pas un donné simple. Il faut au contraire le construire comme un cadre dont les frontières administratives, physiques, sociales et symboliques ne sont pas évidentes. Et donc se donner de la liberté intellectuelle pour le décrire en combinant des approches multiples.